Comment accompagner son bébé dans l’acquisition de la propreté

Pourquoi je vous en parle ici : C’est le sujet incontournable des parents dont les enfants s’apprêtent à entrer à l’école en septembre, et j’en fais moi-même partie ! Je ne suis pas pressée et je ne veux surtout rien forcer pour ma seconde fille, mais je me suis dit qu’un petit article pratique sur cette acquisition serait utile 😉 Ne serait-ce que pour déstresser les parents qui commencent à se mettre la pression en pensant à la rentrée prochaine ! Encore une fois, c’est Angélique Lefort, consultante parentale et formatrice pour les professionnels de la petite enfance, qui me prodigue ses bons conseils pour passer cette période sans trop d’encombres 🙂

A partir de quel âge un enfant est-il en mesure de devenir propre ?

La période de l’acquisition de la propreté se situe entre 18 mois et 4 ans. « C’est une fourchette assez large car l’idée c’est d’observer le développement de son enfant pour l’accompagner dans cette acquisition. En effet, comme pour la marche, on ne parle pas là d’apprentissage : un enfant n’apprend pas à devenir propre mais le devient », explique Angélique Lefort. Pour l’aider à aller vers la propreté, les parents doivent observer deux types de signes : ceux qui montrent qu’il est prêt dans son corps mais aussi dans sa tête.

Comment détecter ces signaux ?

Vous avez peut-être déjà entendu parler du signal de l’escalier : on dit que lorsqu’un enfant monte et descend seul, sans se tenir et de manière fluide un escalier, c’est qu’il est prêt à devenir propre. « C’est un mouvement au cours duquel on contracte les sphincters, ce qui veut dire que son corps contracte et que l’enfant a effectivement la capacité physique de se retenir », décrypte Angélique. Autres signes physiques à noter : le fait de s’assoir tout seul sur le pot et d’avoir des couches qui restent sèches pendant plusieurs heures.

Néanmoins, votre bébé peut être prêt au niveau moteur mais pas forcément psychologique. « La première étape sera de voir votre enfant s’intéresser au sujet. Il regardera comment fonctionne le pot ou les toilettes ou regardera dans sa couche », note la consultante. « Ensuite, il rentrera dans la phase où il veut tout faire tout seul et ne plus porter de couches signifiera gagner en contrôle. »  Autrement dit, si vous sentez que votre enfant est en demande d’autonomie, c’est qu’il se rapproche de cette phase d’acquisition de la propreté.

Angélique Lefort.

Quel rôle pour les parents ?

« Ils doivent avant tout faire confiance à leurs enfants et voir si eux-mêmes sont prêts et disponibles pour cette transition, entre leur rôle de parents et leur vie professionnelle », indique Angélique Lefort. Mais avant même d’enlever la couche, vous pouvez déjà accompagner votre bébé dans la prise de conscience de ses sensations au moment des changes. Vous pouvez par exemple lui montrer ce qu’il y a dedans ou bien expliquer qu’elle est sèche. Ensuite, quand vous sentirez que c’est le bon moment, proposez-lui le pot ou les toilettes. « Peu importe qu’il dise oui ou non, l’essentiel est de lui proposer et qu’il se sente aussi acteur de ce moment », détaille Angélique.

Pot ou toilettes ?

Tout est une question de confort pour l’enfant. « Le pot est plus adapté à sa physiologie et à son bien-être, mais si l’enfant a envie d’aller sur les toilettes, ce sera possible aussi avec un réducteur et un marche-pied pour qu’il soit à l’aise et arrive à se détendre », préconise Angélique Lefort.

Que faire en cas de rechute ?

Le maître mot doit être la bienveillance car l’acquisition est déjà là. « La régression sera la plus courte possible si on en fait pas une humiliation. Et en général, l’enfant lui-même n’est pas super fier de lui », avance la consultante. « Dans ce cas-là, on lui dit qu’on est d’accord pour remettre une couche et qu’il devra nous dire quand il sera prêt à l’enlever de nouveau ».

Quid de l’école ?

Surtout, ne lui en parlez pas trop et ne fixez pas cet objectif à votre enfant, au risque qu’il attende la rentrée pour enlever sa couche. Il est très rare que les enfants ne soient pas propres à leur arrivée en classe. Mais pour ceux qui rencontreraient encore quelques difficultés, cela passe en général au cours de la première semaine, au contact des autres élèves et dans l’environnement scolaire.

En savoir plus sur Angélique Lefort sur son compte Instagram

Retrouvez-moi sur mon compte Instagram @Parlonsmaman et Facebook

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :