LUNA, le podcast qui parle des itinéraires bis de la maternité

Pourquoi je vous en parle ici : Le chemin de la maternité est très souvent décrit comme merveilleux, rose et ouatée. Pourtant, il existe parfois d’autres itinéraires, douloureux. Ce sont ces chemins-là qu’a choisi de traiter LUNA podcast pour lever les tabous d’une maternité idéalisée. Et pour aider les femmes, les couples à surmonter ces épreuves, en se sentant moins seuls grâce à des témoignages et avis d’experts ou d’associations. Deuil périnatal, infertilité, fausse couche, prématurité ou encore dépression post-partum, LUNA a déjà exploré plusieurs chemins de traverse depuis sa création en avril 2020. Dans une réalisation de grande qualité, qui mêle témoignages directs et paroles de spécialistes, LUNA nous embarque à chaque épisode sur des chemins jalonnés d’espoir et de reconstruction. Fanny de Font-Réaulx, cofondatrice et réalisatrice des podcasts, me raconte l’histoire de LUNA et leurs multiples projets.

Comment est née l’idée de créer LUNA podcast ?

Fanny de FONT-REAULX – Il y a 3 ans, Margaux, une de nos amies, a perdu son bébé à 8 mois et demi de grossesse. Avec Anna (co-fondatrice de LUNA), nous l’avons accompagnée dans cette épreuve. Et en parlant autour de nous, nous nous sommes rendu compte que finalement nous ne connaissions pas grand-chose à la maternité. Des « itinéraires bis », il y en avait beaucoup plus qu’on ne l’imaginait. On trouvait ça fou à 35 ans de ne jamais en avoir entendus parler. Alors on a décidé de donner de la visibilité à ces parcours trop solitaires. Déjà, tout simplement parce qu’ils existent, qu’ils sont une réalité de notre société. Et puis pour créer du lien entre celles et ceux qui les vivent, les personnes qui les accompagnent, les experts du monde médical, les associations… Pour qu’on soit tous un peu mieux équipés pour les affronter ensemble. Au départ nous avions pensé faire une pièce de théâtre car le théâtre est une de mes activités. Et puis finalement nous avons préféré créer un podcast.

Pourquoi ce média en particulier ?

Je crois profondément au pouvoir des histoires. Avec le podcast, nous avons la possibilité de toucher un maximum de personnes et de montrer la multiplicité des parcours. Cela nous paraissait aussi être un moyen adapté au degré d’intimité dont nous avions besoin. Dans nos épisodes, la personne qui témoigne s’adresse directement à celle qui écoute, comme à un ou une amie. C’est une confidence glissée au creux de l’oreille de l’auditeur. Nous voulons qu’ensemble, ils traversent un parcours d’émotions. Dans chaque épisode, nous ajoutons aussi les regards d’accompagnants ou de professionnels de santé qui apportent un regard extérieur et éclairent le sujet.

Enfin, à chaque nouvel épisode, nous communiquons autour du thème du podcast sur notre compte Instagram avec des posts, des lives, des témoignages écrits… L’idée est de donner la parole à un maximum de « sachants ». Nous, nous ne sommes pas des expertes. Nous créons du lien. Nous sommes des passeuses d’histoires.

Quel message souhaitez-vous véhiculer avec LUNA ?

Avec LUNA, nous abordons des sujets tabous et parfois particulièrement sensibles. Cela peut paraître difficile. Mais ces itinéraires bis ne sont pas des parcours négatifs. Ils sont d’autres chemins, douloureux certes, mais qui existent tout autour de nous : deuil périnatal, infertilité inexpliquée, dépression post-partum, pré-éclampsie, prématurité, endométriose… Raison de plus pour les regarder et leur donner de la place, pour qu’on les vive mieux ensemble. Nous donnons d’ailleurs la parole à des femmes inspirantes qui racontent aussi leurs chemins de reconstruction. C’est très important pour nous que ces histoires soient porteuses d’espoir et de solutions.

Aujourd’hui nous réfléchissons également à la manière dont nous pourrions toucher les jeunes générations, pour faire de la prévention. Comment parler de ces sujets sans « effrayer » ? Parfois, juste savoir que cela existe est un début de solution. Par exemple, 1 grossesse sur 4 peut donner lieu à une fausse couche. Pourquoi est-ce qu’on ne l’a pas appris au lycée ? Pourquoi est-ce qu’on le cacherait alors que tant de femmes et de couples y sont confrontés ? C’est absurde de ne pas le dire. Moi je préfère savoir, et savoir que je peux être accompagnée si quelque chose m’arrive.

Quand un de ces itinéraires bis nous tombe dessus et qu’on n’en a jamais entendu parler, souvent le choc est beaucoup trop violent. Alors avec LUNA, on est là pour ça. Pour montrer une réalité. Faire du bien aux personnes qui les vivent. Donner des clés pour se reconstruire. On essaie de faire bouger les lignes.

Quel épisode t’a le plus marqué ?

C’est vraiment difficile à dire ! Celui de Margaux est le premier, l’histoire d’une de mes meilleures amies, celui qui a donné naissance à LUNA. Celui sur les fausses couches « banales » me touche différemment car je témoigne aux côtés de 4 autres femmes, ayant moi-même vécu un arrêt naturel de grossesse. Celui sur l’infertilité inexpliquée est inspirant pour tous car il donne des clés sur la déconstruction et la reconstruction du couple, la façon dont nous pourrions être féconds autrement. En fait, chaque épisode est vraiment unique et m’embarque différemment. Surtout, pendant la réalisation, nous faisons vraiment attention à ce chaque épisode ressemble le plus possible à la personne qui témoigne.

Quels sont vos projets pour 2022 ?

On va pouvoir faire beaucoup plus de choses que les années précédentes parce que l’équipe s’est agrandie en début d’année. Aujourd’hui nous sommes 7 ! Nous allons réaliser 8 nouveaux épisodes cette année. Le dernier, sur le syndrome du bébé secoué, vient de sortir mi-mars. Le prochain sur la GPA sortira en mai. Puis ce sera la ménopause, le handicap et la maternité, les mamans solos… Nous allons aussi organiser des événements – notamment sur les arrêts naturels de grossesse – à la Cité audacieuse de la Fondation des femmes, qui a choisi de soutenir LUNA en devenant mécène de notre association. C’est une grande fierté pour nous ! Et pour la troisième année consécutive, nous organiserons un événement digital pour la Journée mondiale du deuil périnatal, en octobre prochain, en partenariat avec l’association Agapa.

Si on veut aller plus loin, je rêve que d’ici 3 ans LUNA soit une grande maison de la maternité dans laquelle des femmes, des couples pourront se retrouver, échanger, rencontrer des experts, dans laquelle des événements auront lieu, pour mieux accompagner les itinéraires bis de la maternité.

Découvrir les épisodes de LUNA podcast ici et leur compte Instagram.

Retrouvez-moi sur mon compte Instagram @Parlonsmaman et Facebook

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :